samedi 9 novembre 2013

Boxe

Un article sur le "Noble Art".
La boxe dans la chanson.

Un article pour Jeanmon père, qui le pratiqua entre 18 et 23 ans dans une salle d'Aulnay sous Bois.
Un article pour mon copain Steeven, ancien adepte de la chose pugilistique et coach sportif qui surveille mes efforts en musculation et en fitness.

1946 : portrait à la troisième personne d'un champion du début à la fin de sa carrière,

"Battling Joe" par Yves Montand - Paroles de J.Guigo, musique de Loulou Gasté.

video

1968 : récit à la première personne d'un combat d'un jeune boxeur contre un aîné prestigieux,

"Quatre boules de cuir" par Claude Nougaro - Paroles et musique de Claude Nougaro.

video

2000 :  une autre évocation d'un combat "en direct" de la tête d'un des combattants,

"Le Boxeur" par Daran - Paroles et musique de Daran.

video

Et pour les anglophones, l'immortel chef d'oeuvre,

1969 : balade lancinante sur les difficultés d'un jeune homme à s'intégrer à la ville de New York; le dernier couplet décrit un boxeur (le jeune homme) qui continue le combat en dépit des coups reçus...

"The Boxer" par Simon & Garfunkel - Paroles et musique de Paul Simon.

video

Pour terminer, ce très joli poème de Giani Esposito (1930-1974)

Un vieux boxeur


Il y a de ces coups
Qu'on garde dans la tête
Et le cerveau de jour en jour
Devient plus mou.

Je vous entend crier
Tous autant que vous êtes
Et pour un vieux boxeur
La mort crie moins que vous...

moins que vous...
Je n'ai plus de visage
et je ne combat plus
Vous m'avez oublié
Mais vous criez toujours
Et moi pour témoigner
des coups que j'ai reçus
Vieille foule, cruelle et sale des beaux jours.
Des beaux jours...

Un coup pour ta maman,
un coup pour ton papa
et pour le petit Jésus qui te voit en ce moment.
Avant la fin du round
un autre coup, un droit,
au menton de papa,
au menton de maman.

Il y a de ces coups
Qu'on garde dans la tête
Et le cerveau de jour en jour
Devient plus mou. 
Je vous entend crier
Tous autant que vous êtes
Et pour un vieux boxeur
La mort crie moins que vous...
moins que vous...


Aucun commentaire: