samedi 30 août 2014

Ary Regis Lima


Ce très beau gosse est un photographe brésilien de Joao Pessoa, état de Paraiba.
Ary Regis Lima livre à notre attention émoustillé des tableaux photographiques inspirés de tableaux de la Renaissance italienne, comme Botticcelli.

D'ailleurs, regardez vous même :












mercredi 27 août 2014

Un point c'est toi

En 1995, la chanteuse Zazie publie son deuxième albun, Zen, en collaboration avec Pascal Obispo et Vincent-Marie Bouvot.

Un titre passe à la postérité : "Un point c'est toi", paroles de Zazie, musique de Zazie et Vincent-Marie Bouvot.

Soyons juste, le texte n'a rien de transcendant.
C'est bel et bien le clip assez coquin qui en a fait le succès.
Surtout auprès d'une certaine communauté...


dimanche 24 août 2014

Sugar Ray Robinson

La boxe est décidément un sport riche en anecdotes de tous genres.
Insolite et valeur humaine l'illustrent parfois de façon remarquable.


Walker Smith Jr est né le 3 mai 1921 à Ailey (Georgie).
Plus connu sous son nom d'athlète, Sugar Ray Robinson, il commence sa carrière professionnelle en alignant 73 victoires en 75 combats, 1 nul et 1 seule défaite.
C'est en 1946 qu'il grimpe pour la première fois au sommet du "Noble Art" en devenant champion du monde des welters.

Le 25 juin de l'année suivante, à Cleveland, il doit défendre son titre contre un jeune boxeur californien de 23 ans, James Emerson Delaney dit Jimmy Doyle sur le ring.


La nuit qui précède, Sugar rêve que son adversaire va succomber sous ses coups. A son réveil, très mal à l'aise, il souhaite annuler la rencontre. Sur les conseils d'un prêtre, il consent à combattre.
Au 9è round, un crochet du gauche de Robinson envoie le malheureux Doyle au tapis.
Il ne se relèvera pas. Emporté sur une civière, il décède à l'hôpital quelques heures plus tard.


Doyle souffrait en fait de traumatismes contractés lors de précédents combats et le coup de Robinson ne fut que le choc de trop. Il n'aurait jamais dû être autorisé à boxer ce soir là. Mais il s'était forcé pour pouvoir offrir une maison à sa mère.


Très marqué, Robinson donna ensuite six combats de gala et en remis les bourses à la mère de Doyle pour qu'elle se paye la maison que son fils voulait pour elle.

Avant de passer dans la catégorie des moyens en 1950, il défend une dernière fois son titre des welters contre Charley Fusari. les préparatifs sont houleux et préfigurent les pesées scénarisées que l'ont connait aujourd'hui.
Robinson l'emporte largement et verse l'intégralité de ses gains moins 1 dollar à une association de lutte contre le cancer.

Devenu champion du monde des moyens l'année suivante, il conserve le titre jusqu'en 1952, date à laquelle il se retire après l'unique ko de sa carrière.

Il se reconverti dans le show business et ouvre un club de jazz à Harlem dans lequel il joue et se montre toujours aussi généreux cette fois envers les musiciens.


De retour sur le ring fin 1954, sa carrière connait des hauts et des bas, tantôt champion (1955 à 57 puis 1960), tantôt vaincu (1958), il raccroche définitivement en 1965 après une série de "combats de trop" qui n'apportent rien à sa légende.

On ajoutera qu'il avait, dans sa jeunesse, rencontré Henry Armstrong alors en fin de carrière.
Sugar n'avait accepté que pour permettre à son idole d'empocher un chèque dont il avait grand besoin.

Tellement généreux et menant grande vie, c'est ruiné que Sugar Ray Robinson quitte ce monde le 12 avril 1989 à Culver City.

En 1997, Ring Magazine le désigne meilleur boxeur des années 50 et le place en première position des pugilistes du siècle. En 2007, le site sportif ESPN le sacre "plus grand boxeur de l'Histoire".

jeudi 21 août 2014

Philippe Genty, marionettiste


Créateur de spectacles français né en 1938, Philippe Genty a commencé en réalisant un documentaire financé par une bourse de l'UNESCO sur les marionnettes du monde.

Il fonde en 1968 la Compagnie Philippe Genty qui propose des spectacles où se mèlent marionnettes, mimes, théatre, danse, jeux de lumières, musique et sons.

Les créations de Philippe Genty rencontrent le succès aussi bien en France qu'à l'international.

En voici des extraits qui vous permettront de vous faire une idée de ses spectacles :

Forget me not


Voyageurs immobiles


Land's end



mardi 19 août 2014

Singapour, l'incroyable sécession

On parle beaucoup ces derniers temps des velléités irrédentistes de telle ou telle province d'un Etat fédéral.

Il existe dans l'histoire récente, un cas que je crois unique dans l'histoire.
Celle d'une indépendance imposée au nom de la raison d'Etat, d'une sécession contre son gré d'un territoire.

Retour en arrière : nous sommes en 1957 et la Malaisie obtient son indépendance de la Couronne Britannique.


Elle se compose de 7 sultanats continentaux, et en 1961, le Premier Ministre malais, Tunku Abdul Rahman, propose la création due fédération regroupant la Malaisie, les Etats de Sabah et Sarawak, situées sur l'île de Bornéo et jusqu'alors sous tutelle anglaise, rejoints en septembre 1963 par la Cité-Etat de Singapour, autonome depuis 1951.


Le chef du gouvernement singapourien, Lee Kuan Yew,


pourtant favorable à la Fédération de Malaysia, entre en conflit idéologique ouvert avec Abdul Rahman quant à la définition de la nationalité malaysienne.

Dirigeant d'un territoire majoritairement peuplé de chinois, il ne conçoit pas la citoyenneté du nouvel Etat comme étant conditionné à l'appartenance à la race malaise et partant à la religion musulmane.

Les incidents se multiplient sans qu'on sache réellement de quel camps proviennent les provocations.
L'ampleur des troubles conduisent Abdul Rahman à demander au Parlement d'exclure Singapour de la fédération puisque son gouvernement est incapable de loyauté envers le pouvoir central.
Début août 1965, l'expulsion de Singapour est votée par 284 voix contre zéro.

Le 9, les accords de séparation sont signés officiellement et la République de Singapour proclamée.


C'est donc pour sauvegarder la paix civile que les deux hommes d'Etat décidèrent de dissocier les destins de leurs peuples respectifs.

Mieux, la Fédération de Malaysia fut, avec l'Inde et la Chine, les parrains de Singapour pour son entrée à l'ONU.

Les exemples d'intelligence politique sont assez rares pour qu'on se permette d'en saluer un.

samedi 16 août 2014

1300 ème - Jonathan Livingston, le goéland

Les livres les plus marquants de l'humanité ne sont pas toujours les plus volumineux.


En 1973, Richard Bach (né le 23 juin 19836 à Oak Park) ancien aviateur devenu écrivain, publie un opuscule de 87 pages qui décrit la vie extra-ordinaire d'un goéland.


Conte initiatique et philosophique, l'histoire de Jonathan Livingston va conquérir le monde et devenir un classique.

L'ouvrage est considéré comme un écrit majeur promouvant le développement personnel à travers un anticonformisme positif, visant à la recherche de la perfection qui est le véritable moteur de la réalisation individuelle.

La passion du vol entraîne le jeune Jonathan à transgresser tous les interdits, et surtout les lois du Clan. Cela va le conduire à mener une existence littéralement extraordinaire où les périodes sombres alternent avec les matins où « l’or d'un soleil tout neuf tremblait sur les rides d'une mer paisible »Illustré par des photographies de Russell Munson, il fut traduit en français par un autre aviateur, Pierre Clostermann.

La même année, il fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Hall Bartlett.
Neil Diamond et Lee Holdridge le magnifient par une composition symphonique devenue légendaire.


Il parla de choses fort simples, disant qu’il appartenait à un goéland de voler, que la liberté est dans la nature même de son être, que tout ce qui entrave cette liberté doit être rejeté, qu’il s’agisse d’un rite, d’une superstition ou d’un quelconque interdit.

C'était le matin et l'or d'un soleil tout neuf tremblait sur les rides d'une mer paisible. A un encablure du rivage, le bateau de pêche relevant ses filets, invitait au petit déjeuner, et son appel transmis dans les airs attira mille goélands virevoltant et se disputant les débris de poisson. Une nouvelle journée de labeur commençait ainsi.
Mais seul, loin du bateau et du rivage, Jonathan Livinsgton le Goéland s'exerçait.

Votre corps, d’une extrémité d’aile à l’autre, disait parfois Jonathan, n’existe que dans votre pensée, qui lui donne une forme palpable. Brisez les chaînes de vos pensées et vous briserez aussi les chaînes qui retiennent votre corps prisonnier...

un jour, Jonathan Livingstone le Goéland, tu apprendras que l'irresponsabilité ne paie pas. La vie, c'est peut-être pour toi l'inconnu et l'insondable, mais nous, nous sommes mis au monde pour manger et demeurer vivants aussi longtemps que possible !
Un goéland jamais ne réplique au Grand Conseil ; pourtant la voix de Jonathan s'éleva :
- Irresponsabilité ? Mes frères ! s'écria-t-il, qui donc est plus responsable que le goéland qui découvre un sens plus noble à la vie et poursuit un plus haut dessein que ceux qui l'ont précédé ? Mille années durant, nous avons joué des ailes et du bec pour ramasser des têtes de poisson, mais désormais nous avons une raison de vivre : apprendre, découvrir, être libres !




mercredi 13 août 2014

Tac au Tac

Emission de télévision, produite par le Service de la Recherche de l'ORTF sous la houlette de Jean Frapat, Tac au Tac a été diffusée entre 1969 et 1975 sur la Première Chaîne.

Réunissant plusieurs dessinateurs, de bande dessinée ou humoristes de presse, elle consiste en une série de jeux visuels dans le style des cadavres exquis des surréalistes.

Son succès a entraîné une série d'imitations de la part d'autres chaînes - Graph sur Arte - françaises comme étrangères ainsi que dans des festivals de bande dessinées.



dimanche 10 août 2014

Loui Jover


Originaire du Queensland, en Australie le peintre Loui Jover (où il naquit en 1967) y vit en famille et propose ses oeuvres essentiellement réalisées sur un support original : des pages de journaux ou des collages de pages de livres sur lesquelles il dessine des visages, des silhouettes ou des scènes quotidiennes ou romantiques à l'encre noire.
Il réalise également des tableaux en couleurs sur le même principe, mais personnellement, j'ai un faible pour ceux-ci :














jeudi 7 août 2014

Eddy Marnay


C'est en Algérie Française que nait, le 18 décembre 1920 Edmond David Bacri.
A 17 ans, il gagne Paris : journaliste et scénariste, il fréquente le milieu du cinéma et entre en contact avec de futures vedettes du music-hall comme Léo Ferré et Edith Piaf puis Henri Salvador.

C'est pour eux qu'il écrit ses premiers textes de chansons sous le nom d' Eddy Marnay.

Il continuera a approvisionner la scène française puis québécoise jusqu'en 2002, soir un an avant sa mort le 3 janvier 2003.

Dalida, Nana Mouskouri, Nicole Croisille, Mireille Mathieu mais aussi Bourvil, Enrico Macias et Claude François sont au nombre de ses interprètes.
Il remporte comme auteur, le Grand Prix Eurovision de la Chanson en 1969 avec "Un jour un enfant" chanté par Frida Boccara dont il écrira la quasi totalité des titres.

Voici quelques extraits de son oeuvre.
Les textes légers, d'abord comme ce délicieux "Sébastien" que nous délivre Marie Laforêt :


"Patchouli Chinchilla" par la Reine de la Nuit, Régine :


Texte plus poétique, porté par la musique de Michel Legrand, pour la chanson du film "L'affaire Thomas Crown",
"Les Moulins de mon Coeur" par Frida Boccara :


Et cette merveille de 1962, toujours de Michel Legrand pour le musique, "La Valse des Lilas" par Jacqueline François :


55 ans de succès au travers de plusieurs vagues musicales, une belle carrière qu'on se doit de redécouvrir et de transmettre.

lundi 4 août 2014

The Seasteading Institute



Fondé en 2008 par l'ingénieur et économiste politique Patri Friedman et le co-fondateur de PayPal et philanthrope Peter Thiel,


le Seasteading Institute s'est fixé pour but de promouvoir la création de cités flottantes écologiques et basées sur le développement durable.

Entre janvier et mai 2009, l'Institut a créé un Prix pour récompenser les designers 3D amateurs et professionnels sur un projet de Cité Flottante Idéale.

Voici quelques uns des candidats :

Nolan & Miles Loh
Farhan Erooth
Kai Kostack
Laszlo Szabo
Nyoman Sunartha - Yansen Oktanius
Prize for Community Choice

Team 3DA
Prize for Best Picture

Emerson Stepp
Prize for Personnality

Anthony Ling
Prize for Aesthetic Design

Marko Jârvela
Grand Prize

Andras Györfi