mardi 26 janvier 2016

Into the wild : vie et mort de Christopher McCandless


Christopher Johnson McCandless est né le 12 février 1968 à El Segundo, en Californie.

Elève très brillant, il découvre un secret de famille (son père menait une double vie, n'ayant pas divorcé de sa première épouse) et en restera marqué.

Il entreprend, après la remise de son diplôme universitaire en mai 1990 dans deux matières, un voyage dans sa Datsun à travers la Californie, l'Arizona et le Dakota du Sud, gagnant sa vie dans divers petits boulots.

Là il se fait piéger par la crue du fleuve Detrital Wash et abandonne son véhicule.

Voyageant désormais en stop depuis Enderlin (SD) il arrive à Fairbanks, en Alaska le 15 avril 1992.

Le 6 septembre, des chasseurs découvrent dans le vieux bus où Chris s'était installé, son corps sans vie.
Sa mort remonte au 18 août, sans doute de malnutrition ou d'empoisonnement accidentel, faute de préparation suffisante.

Mais ce n'était pas le type d'aventure que Chris - Alexander Supertramp, selon son surnom - souhaitait vivre.

En 1996, Jon Krakauer publie un récit de ce trek tragique.

En 2007, le comédien Sean Penn s'en inspire pour réaliser un film sur cette aventure, sous le titre "Into the Wild".


Il adapte un peu l'histoire et surtout les motivations de Chris qui sont présentées comme plus romantiques qu'elles n'étaient en réalité.

Si la soif d'absolu et le désir de vivre une aventure hors normes ne sont pas contestables, le garçon avait bel et bien l'intention de revenir près des siens vers la civilisation.

video

Le comédien qui incarne Chris, Emile Hirsch, s'est vraiment fait la tête du personnage et sa personnalisation du héros est réellement touchante.

La réalisation de Sean Penn est habile et nous fait découvrir des paysages sublimes dans un film prenant et sensible.

La musique est signée Michael Brook et les textes des chansons sont d'Eddy Vedder


video


video

Pour plus de détails sur Chris McCandless, l'excellent article de Wikipedia.
Quant au film, à voir pour s'enthousiasmer et verser sa larme à la fin...


Aucun commentaire: