jeudi 1 juillet 2010

Joseph Boulogne, Chevalier de Saint Georges


Escrimeur et compositeur français, né au Baillif (Guadeloupe) en 1747 et mort à Paris en 1799, Joseph Boulogne serait le fils naturel d'une esclave noire, Nanon et de son maître, un riche colon, Georges de Boulogne Saint Georges.

Ce dernier, après un duel tragique, fuit la Guadeloupe en 1749 pour Bordeaux.
Son frère ayant obtenu sa grâce du roi, il peut rentrer dans ses terres non sans avoir assuré l'éducation et le placement du jeune Joseph auprès de tuteurs dévoués.

L'habileté du jeune homme au métier des armes lui permet de devenir gendarme de la Garde du Roy et y atteindre la position de chevalier (gendarme à cheval).
Il prend alors le patronyme de Joseph Boulogne, Chevalier de Saint Georges, plus couramment il sera connu sous le nom de Saint Georges.

Parallèlement, il provoque l'admiration de la bonne société par son physique avantageux ainsi que pour ses talents de danseur et de patineur sur les rivières gelées.
De plus, il se révèle un excellent violoniste et un compositeur doué que certains apparentent aujourd'hui à Mozart.

Quand la Révolution éclate, il combat avec les républicains pour défendre les droits de ses frères de couleur.
Il meurt à Paris à 54 ans, et reçoit les hommages qu'il mérite de l'élite de la nation.

Ce n'est qu'au cours du stupide XIXème siècle que son souvenir s'estompe et qu'il disparait des mémoires.
Redécouvert aujourd'hui, il semble bien naturel de célébrer ce génie trop méconnu :

Extrait du premier mouvement de son Concerto en D majeur :

video

Aucun commentaire: