vendredi 12 février 2010

Arthur C.Clarke

Arthur Charles Clarke est né en 1917 à Minehead au Royaume-Uni et est décédé en 2008 à Colombo, au Sri Lanka.

De formation scientifique, il participe à la mise au point du radar pendant la Seconde Guerre Mondiale.
En 1945, il théorise le concept d'orbite géostationnaire à qui on donnera son nom lors de sa réalisation.
Un astéroïde a été baptisé (4923) Clarke en son honneur ainsi qu'un dinosaure, le Serendipacératops arthurcclarkei.
Il a créé en 1986, un prix littéraire portant son nom et récompensant une oeuvre de SF mettant en avant une technologie plausible .
Il a reçu tous les prix de SF importants (Hugo, Nébula, Locust) pour "les Fontaines du Paradis" (1978) et "Rendez-vous avec Rama" (1973).
Il a été anobli en 1989.

Ses principaux romans de science-fiction sont :

Imaginez une station orbitale reliée à la Terre par un réseau de câbles, le long desquels un Transporteur spatial permettrait, tel un ascenseur, d'envoyer sans risque et à moindre coût hommes et matériel dans l'espace. Une telle invention serait à coup sûr le véritable départ de la civilisation spatiale.

En 2142, Vannevar Morgan, un ingénieur de génie à qui l'on doit déjà le pont reliant l'Europe à l'Afrique, s'attelle au projet. Mais bien vite il se heurte à un épineux problème : le seul lieu d'implantation possible pour le Transporteur se trouve au sommet d'une montagne sacrée où des moines prient depuis des millénaires.

Qui de la science conquérante ou de la foi inébranlable l'emportera ?

Tout en posant des questions éthiques de premier ordre, Arthur C. Clarke nous livre ici un roman visionnaire : son projet de Transporteur spatial a fait l'objet d'études très sérieuses dans les milieux scientifiques.

En l'an 2130...un "objet" pénètre dans le système solaire et aussitôt les ordinateurs répondent: un cylindre, longueur: 30 km, vitesse : 100 000 km/h..Il sera baptisé RAMA.

Le vaisseau spatial Endeavour part à sa rencontre, réussit à se poser sur lui et pour le commandant Norton et ses hommes l'accés de RAMA se révèle étonnament facile.
Un étonnement qui se change en stupeur, en effroi, quand ils pénètrent dans ses falncs: il y a là 4 000 km2 à explorer, un monde se structures, d'escaliers vertigineux, de routes. Un monde de silence et de non-vie...Où tout semble d'une haute technologie, intact, et pourtant vieux de millions d'années!

Rama continue de fendre l'espace...Qui est aux commandes: un robot ? un esprit?

Le plus extraordinaire dans ce roman, c'est que la fin n'en est pas une : on n' a pas la clé de l'énigme à la dernière page ! Il faudra attendre les volumes suivants pour connaitre le fin mot de l'histoire, même si c'est un peu décevant, le suspens et les questions soulevées valent la peine...

Sur Titan depuis trois siècles, règnent les Makenzies : Malcom, âgé de 124 ans , Colin, son fils, et Ducan, nés par procuration clonienne.

C'est Malcom, pionnier terrien, qui, le premier, a découvert comment acheminer vers la Terre l'hydrogène dont elle manque et qui abonde sur Titan. Aujourd'hui, en 2276, Ducan va représenter sa planète aux fêtes du cinquième centenaire des Etats-Unis.

La Terre sera pour Ducan une révélation exaltante et périlleuse : le monde d'une technologie de pointe mais aussi d'une nature inconnue sur Titan : des fleurs, des écureuils, la pluie…

Et, soudain, la découverte d'un trafic clandestin de titanite : Ducan est en danger et l'équilibre de l'univers vacille…

On notera que ce roman comporte une des rares séquence de relations sexuelles entre hommes de la SF et qui plus est, entre le héros noir et son ami blanc...!

Quelque part du côté d'un satellite de Saturne, on a localisé une source de radiation extraordinairement puissante. Un vaisseau y est envoyé en mission ultra-secrète, emportant à son bord un équipage dont une partie est en état d'hibernation, et aussi Carl 9000, le prodigieux cerveau électronique qui, tout à la fois, est le navigateur, l'interlocuteur, voire le partenaire aux échecs de ces hommes.

Ce voyage fantastique entraine l'Explorateur 1 et son équipe jusqu'aux confins du cosmos et leur permet de percer en partie les origines et le mystère de la vie.

On connait le film qu'en a tiré Stanley Kubrick :

video

video

Arthur Clarke a édicté trois lois qui portent son nom :

1- Quand un scientifique distingué affirme que quelque chose est possible, il a probablement raison; quand il déclare que quelque chose est impossible, il a très certainement tort.
2-La seule façon de découvrir les limites du possible, c'est de trouver le chemin étroit qui le conduira vers l'impossible.
3-Toute technologie suffisamment développée est indiscernable de la magie.

Qui n'a jamais éprouvé cette dernière impression devant son ordinateur ?

Aucun commentaire: