mercredi 17 février 2010

Kristina från Duvemåla

Je vous ai déjà parlé ici de l'incroyable talent de Björn Ulvaeus et Benny Andersson, les garçons de ABBA.
Dans cet article je laissais entendre que leur chef d'oeuvre n'était pas "Chess" mais une autre création musicale.

Il est temps de voir ensemble de quoi il s'agit et surtout d'écouter.

En Suède, un grand classique de la littérature s'appelle "Utvandrarna serien".
C'est une suite romanesque de l'auteur Vilhelm Moberg (1898-1973) qui dépeint le voyage vers les Etats-Unis d'une famille d'émigrants suèdois de leur région de Småland vers le Minnesota dans les années 1850.

En quatre volumes - parus de 1949 à 1959 ("The Emigrants", "Unto a Good Land", "The Settlers" et "The Last Letter Home") -, Moberg raconte la vie difficile dans la campagne scandinave puis la traversée de l'Atlantique et enfin, l'installation du petit groupe dans leur nouvelle patrie.

C'est cette fresque que les deux musiciens d'ABBA ont adaptée en spectacle musical en 1995.

J'ai peine à parler de comédie musicale pour cette oeuvre tant on est proche, comme jamais sans doute dans l'histoire du genre, d'un véritable opéra.
Chanté à 95%, en trois actes (unique pour un musical) et près de trois heures de scène, c'est un pari audacieux, ambitieux et merveilleusement réussi !
Même si on ne parle pas la langue, on est emporté par le souffle qu'ont su impulser Björn et Benny à cette histoire romanesque, romantique... et vraie !

En 1971, le cinéaste Jan Tröll a réalisé une adaptation de la fresque littéraire en deux parties ("The Emigrants" et "The New Land" en 1972) pour le grand écran avec Max von Sydow et Liv Ullmann.

Pour vous faire une idée, voici un extrait du film illustré par la musique de Ulvaeus et Andersson chantée par Peter Jöback, Anders Ekborg et Helen Sjöholm :

video

2 commentaires:

V à l'Ouest a dit…

Scandinavie, Minnesota... ça me fait penser à quelqu'un, ton billet. Manque plus que St Olaf.

Gérald a dit…

Comme quoi, l'histoire de Rose Nylund n'est pas une invention de scénariste car je te le rappelle, c'est une histoire authentique !